La belle histoire d'Audavie

La belle histoire d'Audavie

L’Histoire de la Fondation Audavie débute le 11 mai 1917, date de la création par l’Union des Industries Métallurgiques et Minières de l’Association Métallurgique et Minière contre la Tuberculose (AMMCT).

Le funiculaire de Saint-Hilaire du Touvet.

Cette volonté des industriels de combattre le fléau de la tuberculose se traduit tout d’abord par la construction en 1924 du funiculaire reliant le plateau de Saint-Hilaire du Touvet à la vallée du Grésivaudan afin de pouvoir approvisionner le site en matériaux de construction.

En 1929, le Sanatorium de Rocheplane est inauguré. Il accueille 300 malades venant de toute la France.

Ainsi, dès l’origine, c’est bien l’initiative privée qui permet de prendre en charge une mission de santé publique prioritaire.

En 1936, l’AMMCT participe activement à la création de la fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne (FEHAP), marquant ainsi son ancrage dans le secteur privé non lucratif. En 1953, l’association achète le sanatorium de Notre -Dame de la Rouvière dans le Gard (55 lits).

A la fin des années 60, l’éradication de la tuberculose grâce à la généralisation des antibiotiques conduit l’association à transformer ses sanatoriums en établissements de soins de suite et de réadaptation (SSR).

En 1984, nouvelle étape : l’association crée le Centre de Jour de Meylan afin d’offrir à la population grenobloise la possibilité d’une rééducation fonctionnelle à la journée. Ce centre est l’un des tous premiers ouverts en France et marque ainsi l’esprit d’innovation de l’association.

En 1991, l’association devient une fondation reconnue d’utilité publique : la fondation métallurgique et minière pour la santé. Ce changement de statut conforte la dynamique de développement en cours.

En 1995, l’association de solidarité corporative de la ganterie grenobloise confie à la fondation la gestion du centre médical des Anguisses (établissement SSR de 45 lits).

L’année 2002 marque une étape décisive dans l’histoire de la Fondation, avec la décision de regrouper les trois établissements de l’Isère sur un seul site à Saint-Martin d’Hères. Le nouveau centre médical Rocheplane ouvre en 2008 et devient un des établissements SSR les plus importants de la région.

Cette volonté d’adapter l’offre de soins à la demande de proximité se traduira également par la décision en 2009 de transférer les activités du centre Notre-Dame de la Rouvière à Caveirac dans la banlieue nîmoise. Ce projet est l’occasion pour la fondation de s’engager dans un partenariat actif avec l’union pour la gestion des établissements des caisses d’assurance Maladie (UGECAM), puisque le nouvel établissement, le Centre Médical L'Egrégore, accueille au sein d’une SCI à la fois le centre de la Rouvière et l’établissement SSR (les Jardins d’Anduze » (UGECAM).

Cette dernière décennie a montré la capacité de la fondation à intégrer dans sa stratégie les profondes évolutions des besoins de santé et les différentes politiques publiques qui ont transformé le cadre législatif et réglementaire.

C’est d’ailleurs cette prise de conscience des bouleversements politiques et économiques en France comme dans le reste du monde qui conduira le conseil d’administration de la fondation à engager en 2008 une nouvelle mutation par la transformation de ses statuts et un changement de dénomination qui synthétise les valeurs essentielles de son histoire :

Oser l’innovation (AUDAce)
Donner la priorité à l’être (VIE)





Dernières actualités